Accéder au contenu principal

Miss Pook et les enfants de la lune



Paris, 1907…
Miss Pook est une sorcière. Sous l’apparence trompeuse et charmante d’une jeune fille anglaise, elle se fait embaucher comme gouvernante par une riche famille parisienne. Manipulatrice hors pair, Miss Pook a le projet diabolique d’enlever les enfants dont elle a la charge. Sa nouvelle victime se prénomme Elise et Miss Pook parvient à convaincre cette fillette de dix ans de quitter la terre pour vivre avec elle dans son château, sur la lune. Elise découvrira bientôt que la lune est une "résidence d’âmes" et fera la rencontre de personnages de légendes tels que le Sphinx, le Faune, un dragon ou des Vampires...

A partir de 10 ans

Fripouille l’a dévoré en quelques heures avec des pauses pleine d’appréhension avant de repartir se replonger dans ce livre qui semblait il était haletant. Du haut de ses tout juste 8 années, elle a beaucoup aimé vous en conviendrez ... même si Miss Pook et ses différents visages l’ont quelque peu effrayée…

L’histoire est prenante, Miss Pook vient adopter la petite Elise pour l’emmener dans son château, tout là-haut sur la lune. La petite pense alors éviter un drame, en effet ses parents veulent la manger au dîner. Sur les pas de l’enfant, nous découvrons un monde monstrueux où se côtoient tout à la fois personnages mythologiques ou de légendes. 
Il est ainsi possible d’en découvrir un peu plus sur ces monstres et comment se sortir de situations parfois, disons…compliquées (Elise n’a aucune envie de se faire dépiauter par l’un d’eux…). Nous déjouons ainsi le piège du Sphinx, de quelques vampires…découvrons qu’il est parfois possible de se jouer de l’autre par le biais de l’amour à travers le personnage envoûtant (et pourtant répugnant) du Faune faisant office de monstre que l’on qualifierait aisément de pervers narcissique. Pour ne citer qu’eux… 
Et découvrirons les affreuses Jocaste et Jocaste sœurs jumelle de Miss Pook et leur plan plein de rancœur et de vengeance vis-à-vis des humains. Ces deux-là sont harpies ou gorgones selon, vous l’aurez compris véritables âmes en peine, elles sont maléfiques et malveillantes.  Il faudra beaucoup de courage à Elise, beaucoup de lucidité et le soutien de ces affreux monstres qui finalement sont là lui expliquera l’un d’eux afin de la faire grandir… pour affronter tant de périples mais surtout l’affreuse vérité qui se cache, destructrice et ravageuse. 

A plusieurs reprises tout du long, les humains sont présentés comme étant des êtres de vices ayant fait disparaître derrière une religion monothéiste tout amour pour la beauté de la nature oubliant de lui rendre gloire. Ils délaissent ainsi l’essentiel et finiront par ne plus exister de la surface de la Terre à force de destruction. Au travers de ce regard porté par les êtres lunaire, nous pouvons nous retrouver ainsi dans une sorte de roman anticipateur car derrière les images, allégories et autres métaphores le message est clair. 
Il y a quelque chose de l’ordre du conte également, des vieux contes comme autrefois ceux qui portaient sens et frissons, ceux dans lequel les enfants vivaient maltraitance, inceste et anthropophagie. 
Nous pouvons goûter à une Odyssée enfantine où combats, luttes contre des monstruosités ramèneront peut-être Elise à son logis, mais à quel prix…
Nous retrouvons également des références évidentes à Mary Poppins ou à Miss Peregrine selon l’avancée dans le livre ou à d’autres histoires encore Goldorillon et Elise ont un petit je ne sais quoi de « l’histoire sans fin » ils m'auront refait revivre ces envolées à dos de dragon vers un autre monde en péril. Il y a un peu de tout ça dans « Miss Pook et les enfants de la lune » et tant d’autres encore qu’il faudrait plus d’une chronique pour l’analyser.

C’est ainsi un roman fort, riche de différents styles, références et de tout un panel culturel. Mais surtout, surtout, la langue y est belle, bien tenue et le parler drôle… 
on rit avec ces personnages plus que l’on ne pleure ou sombre dans la peur (mais c'est ici le regard d'adulte qui parle, ma fille comme je vous le disais plus haut a fait des pauses pour désamorcer l'angoisse ;-) ). 
La fin est surprenante et n’est en soit pas une fin ou tout du moins… celle de l’épisode 1.

Alors sachez que d’ores et déjà, ici, nous avons hâte de découvrir la suite !

Un roman idéal pour finir ces vacances de la Toussaint en dévorant un reste (s’il y a…) de bonbons halloweenesque.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pensées nocturnes -album-

Du rythme dans les pattes -album-